La Verticale du Médoc

Souvent les journalistes, sommeliers et autres professionnels du vin parlent de « verticale », mais qu’est-ce donc ?

La verticale est une dégustation de plusieurs millésimes d’une même appellation ou région et mieux encore du même vin. Cela est assez rare.

Je vous propose une verticale en Médoc, évidement en Hourbanon. 6 millésimes de grande qualité, comprenant 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 et 2012

vin-mpedoc-verticale 2007 2012

Vous pourrez ainsi déguster à votre convenance tous ces vins. Que ce soit à l’occasion d’une soirée thématique entre amis ou en famille ou bien petit à petit dans votre intimité et en toute quiétude.
Vous verrez ainsi la personnalité de chaque millésime et l’effet du vieillissement.

En mémorisant bien le style de chaque année, vous serez ensuite plus forts pour identifier d’autres millésimes en dégustation à l’aveugle au sein de la grande famille des vins de Bordeaux. Car le style du millésime est valable pour toute une région/appellation.

Bref apprenez en vous amusant et en partageant un bon moment de convivialité !

Rendez vous à cette adresse : https://www.vin-medoc.oxatis.com/la-verticale-c2x15089056

Le Hourbanon Médoc 2011 à l’honneur

Voici le nouveau guide DUSSERT GERBER paru !
Et je dois avouer éprouver une certaine satisfaction à la lecture des commentaires de dégustation.

Et vous que pensez vous de ces commentaires ?
Avez vous une autre opinion ou perçu d’autre arômes ?

Château HOURBANON

❤❤❤❤ Apparue officiellement en 1893, c’est en 1974, que Rémi Delayat racheta et réhabilita cette exploitation de 13 ha. Après sa disparition, son épouse Nicole, continua cette réhabilitation, toujours dans la quête de la qualité et du respect du terroir. C’est aujourd’hui Hugues, leur fils qui, depuis 1997, poursuit cette quête dans le respect de ces valeurs et de ces traditions, comme en attestent leurs pratiques culturales (forte densité de plantation, labours exclusifs des sols, lutte raisonnée, conversion Bio, vendanges manuelles et table de tri, maîtrise des rendements).
Ceci explique la qualité de ce Médoc 2011, au nez subtil où dominent le cuir et la griotte, trèsaromatique, d’une jolie concentration en bouche, avec des tanins savoureux, légèrement épicé au palais comme il se doit. Remarquable 2010, aux arômes de pruneau, de violette et de griotte fraîche, un vin vif, équilibré, avec des tanins fondus, élégant et complexe (un cadeau pour 12 e environ). Le 2009 a collectionné les récompenses (médailles d’Or au concours des VigneronsIndépendants, d’Argent au Mondial du vin, d’Argent au concours International de Bruxelles, de Bronze à l’International Wine Challenge), marqué par des notes de fruits noirs et des touches finement épicées, de bouche ample, aux tanins fermes, alliant structure et fondu (10 €). Le 2008 est un bel exemple de la typicité des vins de ce domaine, un grand millésime classique du Médoc, de bouche puissante et dense, dégage des nuances de framboise, d’humus et de réglisse, une structure soutenue, un vin bien charnu, aux tanins mûrs mais riches, d’une finale complexe, de garde (11 €). Excellent 2007, médaille d’Or au concours des Vignerons Indépendants et d’Argent à ‘International Wine Challenge, dense et puissant au nez comme en bouche, avec ses tanins savoureux, au nezde fruits cuits (cassis, myrtille), d’une jolie finale délicatement épicée (9 €).

Prix d’excellence pour le médoc de Hourbanon

Voici bientôt le guide Dussert Gerber 2015.
Je sais que Patrick Dussert est controversé, mais j’aime son ton et son naturel. Il a un avis, le revendique et l’assume. Et cet avis ne va pas dans le sens des vins standardisés si cher à ce fameux américain qui a tant fait dénaturer les vins français et plus particulièrement ceux de Bordeaux.

Patrick Dussert aime le vin et les hommes qui le font et ceux qui, connaisseur ou non, aiment ces produits empreints de la personnalité des femmes et des hommes et des terroirs qui font autant de bons vins en France.

Voilà donc le prix d’excellence pour Hourbanon. Ils me reste encore beaucoup de progrès à faire mais ce tête reconnaissance est quand même stimulante et me conforte dans mes efforts.

Je cite ( ou plutôt je fais un copier/coller

Distingué Médoc 2011 ;-)

Hourbanon s’est encore fait remarqué dans la catégorie Médoc à la dégustation pour le salon International de Prowein.

Le Château Hourbanon2011, millésime moyennement coté pour les vins du médoc, a obtenu deux étoiles face à d’autres confrères Médocains qui avaient présenté des millésimes de grande renommée tel 2009.

Bien que je ne me lasse de répéter que les guides et concours ne fassent pas la qualité du vin, je suis toujours content que mes vins soient reconnus régulièrement. Pour les gens qui ne me connaissent pas encore, le nombre et la régularité des distinctions obtenues par mes vins sont au moins l’assurance de leur qualité. Il ne reste plus qu’à commander pour savoir si c’est à votre gout !!!

Cela fait déjà un beau palmarès, le Hourbanon 2011 a déjà obtenu :

  • Médaille d’Or Gilbert et Gaillard
  • Médaille de Bronze International Wine Challenge (Londres)
  • 2 étoiles Sélection PROWEIN

Qu’en pensez vous, cela ne vous tente-t-il pas de le déguster ?

Médaille de Bronze pour le 2011 Hourbanon Médoc

Premier résultats pour le Hourbanon 2011 concourant dans la catégorie Médoc à l’International Wine Challenge de Londres.

Comme je le répète toujours la médaille ne fait pas le gout du vin. Certain très bon vins ne concourent pas ou ne sont pas récompensés, mais personnellement c’est toujours agréable d’être reconnu par les dégustateurs professionnels, et comme vous pouvez le constater chaque année mes vins sont distingués, ce qui prouve quand même, outre une qualité, un suivi et une régularité de mes vins.

Hourbanon médoc 2011 médaille bronze IWCVoici les commentaires :

Juicy ripe blackcurrants, refreshing stewed mulberries, ripe soft tannins, good structure and finish.

Traduction :

Cassis, mûres juteuses, mûres comptées rafraîchissantes, des tanins souples et mûrs, une bonne structure et belle longueur.

L’été de la Saint Martin

Une année climatique très étrange en Médoc.

  • De mars à mai l’été en avance avec seulement 20mm de pluie en trois mois et des températures atteignant les 35°
  • Un été très maussade, sans tellement de pluie, mais sans beau temps non plus
  • Un début d’automne inespéré qui nous a sauvé le millésime in extrémis
  • une fin d’automne toujours sèche avec beau et chaud
    Petit clin d’œil à mes amis Belge, « Beau et chaud » est une contrepèterie de chez eux parait-il !

C’est Gilles, Vignerons de Prignac, retraité depuis peu qui m’a appris cette expression, comme quoi je me suis couché moins ignorant le 11 novembre au soir !

« Le 11 novembre 1453, par une de ces belles journées d’automne que nos pères appelaient l’été de la Saint-Martin, il y eut un grand émoi dans la bonne ville de Dijon. » — (Étienne Bavard, Philippe Pot, dans les Légendes bourguignonnes, 1872))

Toujours vite et bien

Après les fermentations alcoolique qui se font d’une traite, c’est au tour des « malos ».

Cette deuxième fermentation est réalisée par des bactéries qui transforment l’acide malique en acide lactique. Ce dernier est moins acide en bouche et plus stable dans le temps vis à vis des levures et bactéries toujours présentes dans le vin.
Car il restent bien des levures et des bactéries dans le vins. Rassurez vous elles sont inoffensives, elle aident même à la digestion. Et en dehors d’une pasteurisation, filtration stérile et emballage en milleu stérile en TétraPack ou autre contenant hermétique, il n’existe pas de vin stérile de manière durable.

Je disais donc avant cette petite digression, que les « malos » avancent aussi très vite et bien, la première cuve a terminé avant hier et deux autres suivent de près.