Le point sur la campagne 2021

Cela fait un moment que je n’ai rien publié.
J’ai été plus que débordé et j’avoue aussi que les conditions très difficiles ne m’ont pas incité à écrire.
Cette campagne 2021 est la pire que j’ai connue et c’est le cas pour nombre de mes confrères et amis.

Mon tracteur planté sur le châssis
  • Nous avons débuté cette saison par des gelées qui pour mon cas personnel, ont détruit plus de la moitié de la récolte potentielle. Dès le début, nous savions donc devoir travailler plus pour récolter moins…
  • La pluviométrie de ce printemps et début d’été a battu des records, rendant les sols impraticables tant en tracteur qu’à pied. Cela a évidement profité aux « mauvaises herbes » et nuit à mes possibilités de travailler.
  • Le mildiou a lui aussi bénéficié de ces conditions pluvieuses pour se développer de manière exponentielle, notamment la deuxième quinzaine de juillet ou j’ai vu disparaitre encore une partie de ma récolte sur certaines parcelles.
  • Sur un plan très personnel lié directement à mon accident, le juge des référé a entériné le remboursement de toutes mes charges supplémentaires engagées depuis l’accident mais seulement jusqu’à juin 2020, malheureusement rien pour la suite en attendant le procès sur le fond. Or vous le savez comme moi les lenteurs extrêmes de la justice ne me permettent pas d’envisager sereinement la suite sans financement. Je dois donc en attendant un appel éventuellement plus favorable me débrouiller sans moyens adaptés et faire appel au système D et la solidarité.
  • Tout ce contexte d’un millésime extrêmement compliqué réalisé sur une seule jambe!

Ma pugnacité et ma passion pour ce merveilleux métier restent cependant intactes car, bien que les quantités seront très réduites, j’espère toujours que la qualité de ce 2021 sera magnifique. En effet ce sont les dernières semaines avant les vendanges qui déterminent la qualité du millésime, tous les espoirs sont donc encore permis !

#MACIF : Encore dans Sud Ouest

Cela fait la deuxième fois que tu fais les sales titres de la presse régionale…
Et tu continues de botter en touche en répondant à côté de la plaque aux journalistes.
Comme aussi tu me demandes encore et encore des pièces justificatives que tu as depuis des mois, c’est plus qu’évident que tu fais tout pour que je ne m’en sorte pas en utilisant tous les rouages, lenteurs et imperfections du système de manière sadique

SUD-OUEST du 7 avril 2021

Mais saches #MACIF que les paysans ont la peau dure et sont âpres à la tâches, persévérants, opiniâtres, combatifs et que je ne lâcherai rien, ni maintenant ni jamais.

Après deux fois dans Sud-Ouest, sur France 3 Aquitaine, la presse professionnelle, le Journal du Médoc, il est plus que probable que ton comportement cynique et inique intéresse les médias nationaux.

#MACIF : vu dans le Journal du Médoc

#MACIF, tu as encore éludé les questions du journaliste sur l’indemnisation professionnelle et le préjudice causé à Hourbanon.

Tu te réfugies encore et toujours derrière les procédures interminables en abandonnant toute humanité, je te retourne ton slogan :
« c’est ca être sociétaire et militant » ?????

Tu parles d’une proposition mais elle ne concerne pas le préjudice de Hourbanon et sur le plan personnel, tu réserves toutes tes offres donc autant dire que tu ne propose rien…

Le Journal du Médoc avait déjà titré sur ton comportement ainsi que Sud-Ouest en 2019 ainsi , mais depuis RIEN, que du temps gagné et des dénégations…

#MACIF : comment oses tu attaquer

Je te cite :

« Le Juge ne manquera pas de relever que l’accident de moto du demandeur ne l’a, en rien, freiné et qu’il continue donc de circuler en HARLEY-DAVIDSON …« 

Pour une fois je n’ajoute rien chacun se fera sa propre opinion du « mutualisme » et de ton niveau d’ignominie…

#MACIF : Tu voudrais pas répondre et discuter ?

Et si tu revenais t’assoir autour d’une table pour trouver des solutions au lieu de m’ignorer, de ne répondre à aucune demande professionnelle, de répondre sur le personnel lorsque les journalistes te posent des questions pour mon exploitation ?

Tu joues la montre, tentes de m’avoir à l’usure et moi je n’ai d’autre choix pour survivre que de dévoiler publiquement ton comportement.
Et cela avec un certain succès : en 5 jours le JT de France 3 a été vu près de 65 000 fois et mes publications ont atteint plus de :

Ne serait-ce pas plus intelligent de reprendre tous les rapports d’experts et de t’y conformer ?

Je ne souhaite qu’une chose : reprendre ma vie, mon métier, ma passion

#MACIF : Tu fais la une de Vitisphère

Après Le journal du Médoc en 2019, Sud-Ouest en 2019, France Bleu en 2019, France 3 la semaine dernière, c’est au tour le la presse spécialisé Vitisphère qui englobe toute la filière de la production à la distribution, de faire la une sur ton comportement.

Parlons maintenant des réponses que tu as données au journaliste :

  • « des premières indemnités ont déjà été versées à Monsieur Delayat ce qui lui a permis de s’équiper d’une prothèse de jambe de haute technologie »
    Oui c’est vrai, tu m’as demandé un devis signé et provisionné 2 027,19 € de moins que le devis, NDLR : petite mesquinerie au passage.

  • « l’état de santé de Monsieur Delayat étant consolidé et les médecins ayant rendu leur rapport définitif, une proposition d’indemnité a été transmise à Monsieur Delayat conformément à la Loi Badinter* laquelle doit permettre de poursuivre le processus d’indemnisation afin de régler définitivement les préjudices de celui-ci ».
    Oui et non, ta proposition réserve la moitié des postes en attente de la créance MSA, même si ça n’a rien à voir. De plus ta proposition est à l’encontre des conclusions des médecins !!!

MAIS SURTOUT AUCUNE PROPOSITION POUR MON ENTREPRISE


  • La Macif indique que « l’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation étant régie par la loi dite Loi Badinter (du 5 juillet 1985), la Macif respecte ses procédures et les différentes étapes incontournables qui en découlent : appréciation du droit à indemnisation, expertise médicales, mise en cause des organismes sociaux, offres d’indemnisation provisionnelle et définitive… Ces étapes permettent d’évaluer le préjudice de la victime selon le principe de la réparation intégrale sans perte et profit. »

TOUJOURS RIEN POUR MON EXPLOITATION



  • « C’est la justice qui statuera sur le montant des indemnités dues à Monsieur Delayat » répond la Macif, sollicitée par Vitisphere

Un bon moyen de faire trainer les choses


Un truc que tu n’as pas bien compris #MACIF, c’est pour mon exploitation, le Château Hourbanon, l’œuvre de mon père, puis ma mère et celle de ma vie, ma passion que je me bats !
Tu fais de vagues proposition à Hugues DELAYAT, mais le Château Hourbanon RIEN, alors réponds à la partie professionnelle plutôt que d’éluder la question.

#MACIF : ca devrait être moi sur ce tracteur

Je devrais être en train de faire mon métier et broyer les sarments dans mes vignes, au lieu de cela je suis obligé de payer un prestataire pour le faire car mon tracteur n’est pas adapté.

Le broyage des sarments comme fumure

Donc paye la facture MACIF comme l’a admis ton expert comptable

D’ailleurs tu ne m’as toujours pas payé celle de l’année dernière