Le bonheur d’aller travailler

Après le catastrophique millesime 2021 ou le gel m’a détruit 90 % de ma récolte, cette année à peine 10% de pertes sur quelques parcelles.

La vigne est magnifique, il y a de belles mannes (grappes de boutons floraux) qui promettent une copieuse récolte.

J’avoue être un vigneron heureux et radieux d’aller travailler dans mes vignes au moins autant que j’étais triste et trainait les pieds l’année dernière 😃

Merci Rémy

Bien que je l’ai déjà remercié de vive voix, je tenais à le faire publiquement pour le saluer, saluer ses valeurs et dire que grâce à des gens comme lui ces valeurs perdurent.
Souvenons nous que lorsque nous étions tous des paysans et non chefs d’entreprises agricoles, tout le monde s’entraidait, les voisins allaient les uns chez les autres à tour de rôle pour les moissons et les « coups de bourre » dans les champs.

Merci Rémy FAUCHEY

Rémy est un voisin, un vigneron produisant de grands vins, humain et généreux, un vrai paysan solidaire attaché et respectueux de son Médoc natal et un amoureux de la nature dans laquelle il vit et travaille tous les jours.

  • C’est lui qui en 2018 dans les jours qui ont suivi l’accident est venu faire le traitement que j’aurais dû faire le lendemain, même si le temps de mettre cette intervention en place le mildiou a ravagé la moitié de la récolte, sans lui j’aurais tout perdu.
  • C’est lui qui début 2019, alors que le prestataire de service qui devait assurer les travaux n’était pas prêt a temps m’a encore sauvé la mise
  • Et cette année encore c’est lui qui est venu vendanger mes vignes bénévolement alors que le rendements n’auraient pas permis de payer le prestataire qui le fait habituellement
Rémy et sa Machine a vendanger
Très soigneux il a fait comme chez lui un travail de qualité

Cela m’a fait chaud au cœur de croiser le chemin de telles personnes, de vrais paysans qui savent être solidaires, qui ont toujours ces valeurs d’entraide qui firent les grandes heures de la paysannerie.
A l’heure ou tous ne pensent qu’individualité et chacun pour soi, il est réconfortant de voir que ces notions existent encore et que certains les défendent par leurs actes et non juste de beaux discours et déclarations d’intentions restées sans suite…

Donc lorsque vous dégusterez la/les cuvée(s) spéciales que je vais vinifier et élever sur le millésime 2021, c’est à Rémy FAUCHEY du Château L’inclassable que vous le devrez car sans lui je n’aurais pas pu payer les vendanges …

Voici le lien pour faire connaissance avec la famille, leur domaine et leur philosophie:

Château L’inclassable

Venez nombreux au salon de Paris

Après une année de « pause » , je vous attends allee C, stand 47 à la Porte de Versailles Hall 7.3

Tous les vins sont à la dégustation

Vous retrouverez les toutes dernières bouteilles des vieux millésimes dont je n’ai plus que quelques bouteilles de 2013 à 2008, mais aussi les plus jeunes, le rosé ainsi que la cuvée spéciale.

Début et fin des écoulages

Enfin plutôt LE que écoulage 🥲

Car malheureusement je n’ai qu’une seule cuve à écouler.

En revanche les arômes sont sublimes, un fruité comme j’ai très rarement connu. Je confirme que je vais tenter d’élever ce millesime pour en faire une cuvée spéciale avec l’espoir que la suite se passe comme je l’espère

Dernier de la classe !!!

Pas certain d’être le tout dernier à terminer les vendanges mais si ce n’est pas le cas il doit s’en falloir de peu.

En revanche ce pari risqué a été extrêmement payant car les derniers cabernets récoltés aujourd’hui sont tout simplement exceptionnels, voyez par vous même cette couleur et degré potentiel !!!

Du plus que rare

2021, vivement la fin :-(

Mon pari qualitatif est très largement gagnant

La preuve en image

Malheureusement je savais que suite aux gelées printanières la perte serait énorme mais pas à ce point là…

75% de perte constatée à l’heure de vérité une fois dans les cuves au moins pour les merlots.

Sachant que mes cabernets sauvignon ont plus été touchés la seconde phase de vendanges sera aussi désespérante.

Au moins la qualité est au rendez-vous, je me focalise sur ce bon côté !

C’est quand les vendanges ?

Je sais pas !!!

Quand ça sera mûr…

Et la maturité dépend de la météo et je ne sais pas quelle sera la météo des prochains jours et semaines !!!

Voilà, c’est dit 😜

Ensuite toujours selon cette même météo, nous pourrions être forcés de récolter avant que le raisin ne pourrisse et ne soit à la maturité dont nous rêvons. Bref vous aurez donc compris que la date de récolte n’est pas fixée à un terme précis par une quelconque loi, administration, règle plus ou moins technocratique ou naturelle, ni même par le plan quinquennal de l’ex URSS !!!

Dès que j’en saurai plus bien entendu je vous le dirai, en attendant j’espère juste que la nature ne va pas encore se retourner contre les paysans comme durant tout le reste de cette « annus horribilis »

Le point sur la campagne 2021

Cela fait un moment que je n’ai rien publié.
J’ai été plus que débordé et j’avoue aussi que les conditions très difficiles ne m’ont pas incité à écrire.
Cette campagne 2021 est la pire que j’ai connue et c’est le cas pour nombre de mes confrères et amis.

Mon tracteur planté sur le châssis
  • Nous avons débuté cette saison par des gelées qui pour mon cas personnel, ont détruit plus de la moitié de la récolte potentielle. Dès le début, nous savions donc devoir travailler plus pour récolter moins…
  • La pluviométrie de ce printemps et début d’été a battu des records, rendant les sols impraticables tant en tracteur qu’à pied. Cela a évidement profité aux « mauvaises herbes » et nuit à mes possibilités de travailler.
  • Le mildiou a lui aussi bénéficié de ces conditions pluvieuses pour se développer de manière exponentielle, notamment la deuxième quinzaine de juillet ou j’ai vu disparaitre encore une partie de ma récolte sur certaines parcelles.
  • Sur un plan très personnel lié directement à mon accident, le juge des référé a entériné le remboursement de toutes mes charges supplémentaires engagées depuis l’accident mais seulement jusqu’à juin 2020, malheureusement rien pour la suite en attendant le procès sur le fond. Or vous le savez comme moi les lenteurs extrêmes de la justice ne me permettent pas d’envisager sereinement la suite sans financement. Je dois donc en attendant un appel éventuellement plus favorable me débrouiller sans moyens adaptés et faire appel au système D et la solidarité.
  • Tout ce contexte d’un millésime extrêmement compliqué réalisé sur une seule jambe!

Ma pugnacité et ma passion pour ce merveilleux métier restent cependant intactes car, bien que les quantités seront très réduites, j’espère toujours que la qualité de ce 2021 sera magnifique. En effet ce sont les dernières semaines avant les vendanges qui déterminent la qualité du millésime, tous les espoirs sont donc encore permis !