Le point sur la campagne 2021

Cela fait un moment que je n’ai rien publié.
J’ai été plus que débordé et j’avoue aussi que les conditions très difficiles ne m’ont pas incité à écrire.
Cette campagne 2021 est la pire que j’ai connue et c’est le cas pour nombre de mes confrères et amis.

Mon tracteur planté sur le châssis
  • Nous avons débuté cette saison par des gelées qui pour mon cas personnel, ont détruit plus de la moitié de la récolte potentielle. Dès le début, nous savions donc devoir travailler plus pour récolter moins…
  • La pluviométrie de ce printemps et début d’été a battu des records, rendant les sols impraticables tant en tracteur qu’à pied. Cela a évidement profité aux « mauvaises herbes » et nuit à mes possibilités de travailler.
  • Le mildiou a lui aussi bénéficié de ces conditions pluvieuses pour se développer de manière exponentielle, notamment la deuxième quinzaine de juillet ou j’ai vu disparaitre encore une partie de ma récolte sur certaines parcelles.
  • Sur un plan très personnel lié directement à mon accident, le juge des référé a entériné le remboursement de toutes mes charges supplémentaires engagées depuis l’accident mais seulement jusqu’à juin 2020, malheureusement rien pour la suite en attendant le procès sur le fond. Or vous le savez comme moi les lenteurs extrêmes de la justice ne me permettent pas d’envisager sereinement la suite sans financement. Je dois donc en attendant un appel éventuellement plus favorable me débrouiller sans moyens adaptés et faire appel au système D et la solidarité.
  • Tout ce contexte d’un millésime extrêmement compliqué réalisé sur une seule jambe!

Ma pugnacité et ma passion pour ce merveilleux métier restent cependant intactes car, bien que les quantités seront très réduites, j’espère toujours que la qualité de ce 2021 sera magnifique. En effet ce sont les dernières semaines avant les vendanges qui déterminent la qualité du millésime, tous les espoirs sont donc encore permis !

Pendant ce temps la nature continue

Belle gelée à -3° C hier matin, Le bourgeons commençaient à gonfler et éclater sur certaines parcelles. Il semblerait qu’il n’y ait pas de dégâts apparents, mais la vigne peut avoir été perturbée et que cela entraine des conséquences sur la fertilité de ces bourgeons précoces.

Il ne reste plus qu’à attendre et espérer ne pas geler dans les 2 prochains mois …

Il en reste quand même

Ce n’est pas catastrophique mais il y a environ 15% de perte. A voir ce que donneront les bourgeons qui sont épargnés ( mais dont les grappes pourraient avoir souffert) et surtout tenir jusqu’à début mai , date à laquelle nous avions gelé en 2017 …