Pari gagné ;-)

Mon « levurage » à la vigne s’est avéré payant dans tous les sens du terme : d’une part cela m’a coûte 90 € par hectare mais surtout le résultat est là. La levure s’est implanté et a empêché le Botrytis de se développer.

Comme vous pouvez le voir sur la photo les grains atteints au milieu de la grappe ont séché et n’ont pas contaminé  le reste de la grappe.

vin-medoc botrytis stoppé

Résultat, j’ai put attendre lundi pour récolter des Merlots parfaitement mûrs et avec maximum 5% de pourriture sur les parcelles les plus sensibles

Un dernier traitement pour la route !!!!

Bien que je sois lion d’être un acharné des traitements, nous avons eu près de 120 m  de pluie en une semaine !!!!!! (soit 120 litres d’eau par mètre carré )

Alors j’ai fait samedi un levurage à la vigne 😉
Habituellement nous utilisons les levures au chai pour assurer la fermentation alcoolique. Dans la cas présent, c’est un autre type de levures pour lutter contre la pourriture.

A ce stade les raisins sont presque mûrs et c’est le presque qui pose problème !
Les gros abats d’eau de la semaine dernière ont entraîné un gonflement des raisin  qui sont sur le point d’éclater. Si ils éclatent, la pourriture grise autrement appelée Botrytis cinerea va gâcher la qualité plus que prometteuse de ce millésime 2015 en Médoc.
J’espère que ces levures vont assurer leur office :  se multiplier à la surface du raisin aux endroits ou se trouvent les micro-fissures dans les peux et ainsi empêcher le malin Botrytis de s’y installer…

A suivre dans la semaine…

Au feu !!!

Ça y est, les pires conditions sont réunies.

Chaud : environ 15 le matin et 20 dès 10 heures; humide : du brouillard le matin, des averses et de la bruine. Bref tout ce qu’il faut pour les champignons 🙁 Il y a d »ailleurs une poussée de cèpes, mais ce qui est plus embêtant, c’est que ce sont des conditions rêvées pour Botrytis Cinerea, plus communément nommé pourriture grise. Exactement celui qui se développe sur les fruits dans la corbeille de la cuisine parfois. Vous comprendrez donc aisément que je ne sois pas un grand admirateur de ce champignon !

Les premier tout petit foyers de pourriture sont apparus dans le weekend, et selon la météo cela risque de flamber en quelques jours. Mais les merlots sont déjà rentrés, les cabernets francs aussi, et il reste environ µ5 hectares de cabernets sauvignons.

J’ai bon espoir que grâce au très petits rendements, des grappes bien aérée, on n’ai très peu de pertes d’ici la fin des vendanges. Et là encore la table de tri va nous permettre de sortir les grappes touchées par la pourriture. Vive les vendanges manuelles !