Bande de pignoufs

Il y a des jours comme ça ou l’on est excédé, au point d’avoir envie d’imprimer la marque de ses doigts dans la joue d’un fournisseur.

Je ne citerai pas leur nom cette fois, mais comment voulez vous travailler comme ça :

  • Pour les capsules, lors de mon avant dernière commande, mensonge et dissimulation :plus de quatre semaines de retard de livraison. Et malgré un harcèlement quotidien je me faisait à chaque fois opposer la même réponse « vos capsules sont partie de l’usine, et doivent vous être livrées »; la fois suivante « on les a fabriquées ce matin ». Au final après plus de quatre semaines de retard, la commande arrive et Oh ! surprise il manquent 4000 capsules par rapport à la commande.
    Quand à ma dernière commande, livrées voici 10 jours dans les temps, il manquaient 3000 capsules
  • L’imprimeur, là je crois que c’est le pompon !
    Le commercial me propose de l’or à chaud en relief, au vu des exemple je demande un devis pour mon or à chaud à plat et pour cette nouvelle prestation. Les devis arrivent nombreux pour des choses pas demandées, et avec les frais de création technique intervertis. Bon une erreur ça peut arriver. Je demande un devis pour mes contre étiquettes dans le même papier que les étiquettes de corps, là encore le devis qui m’est fourni n’a rien à voir avec ma demande. Là ça fait deux
    Je fini par passer ma commande pour les étiquettes conditionnées en rouleaux de 1800. Et Oh, surprise ! ce sont des rouleaux de 2000 qui arrivent. Et de trois ! Attendez c’est pas fini ! Continuer la lecture de Bande de pignoufs

Honte épisode 2

suite à deux commentaires sur cet article, une petite réaction :

Vous avez absolument raison, mais malheureusement les restaurateurs conscients de cet état de fait et prêts à essayer d’inverser la tendances ne sont pas nombreux, et pour les discours que je peux entendre, certains, trop nombreux, préfèrent encore augmenter les marges justement parce qu’ils ne vendent pas assez de vin.

Quant au fait que les restaurateurs aient des frais (loyers, salaires etc.) j’en suis bien conscient, mais cela est démontré chiffres à l’appui que mes charges sont au moins aussi importantes, et dans 9€ TTC je fais rentrer mon cout de production, le financement de mes futurs investissements et mon bénéfice. Il m’est avis que ce restaurateur n’a pas besoin de 18 € pour ses frais sur le vin le prorata des charges générales et son bénéfice !!!! A moins qu’il ne soit trop gourmand, et c’est sous entendu dans mon raisonnement.

N’oublions pas qu’ils bénéficient d’une TVA à 5,5% sur la partie bouche, et que les prix moyens ,selon les observateurs officiels, n’ont pas diminués et que la filière n’a créé aucune embauche après ce changement de TVA …

Il faut que les intermédiaires comprennent qu’à force de prendre les gens pour des cons ils vont s’en rendre compte. Je suis d’ailleurs stupéfait que depuis que cet état de fait existe les consommateurs se laissent encore faire.

Le intermédiaires et distributeurs sont nécessaires voire indispensables, mais d’après tous les chiffres dans diverses filières que je possède, les intermédiaires et distributeurs font des marges nettes 3 à 10 fois supérieures aux producteurs et fabricants, pour des risques et investissements bien moindre.

Un peu de raison et de modération là aussi ne ferai pas de mal !!!!!!

C’est une honte :-(

Hier est passé un touriste qui venait de gouter mon Hourbanon 2003 au restaurant et qui l’avait trouvé « superbe », il voulait donc en acheter.
Jusque là tout va bien.
Par curiosité je lui demande à combien il est à la carte de ce petit resto à moins de 10 km de chez moi. Sa réponse m’a laissé partagé entre plusieurs sentiments : la stupéfaction, l’agacement, l’énervement, la colère voire plus …
Mon Hourbanon 2003 qui est à 9 € TTC que je vend à ce restaurateur 8.07 € TTC était à 29,5 € TTC.

C’est une honte frisant l’escroquerie !!!!!!!!!!!!!!

Si on enlève la TVA, ce restaurateur fait 17,9 € de marge brute sur mon vi soit deux fois mon prix de vente TTC.
De plus la livraison est gratuite puisqu’il est juste  à quelques kilomètres de chez moi, il ne commande que 24 à 36 bouteilles par an livrées par12 à la fois, donc pas de gestion lourde de stock ni d’avance de trésorerie importante pour le reste des charges d’un resto, vous pouvez faire les mêmes calculs que moi, et je peux vous dire que l’immobilier dans le Médoc n’a rien à voir avec celui des Champs Élysée ni du faubourg Saint Honoré !
Pour ce qui est de mon coté, je ne produit que 0,6 bouteille par mètre carré, j’emploie en moyenne 6,5 équivalent temps plein à l’année, j’ai de lourd investissements à financer ( terres, plantation, tracteurs, matériel agricole, batiments, matériel de chai, barriques etc.), je cultive ma vigne une année durant avant de récolter le raisin que je vinifie et élève pendant deux ans avant de le mettre en bouteilles, puis stocke ces bouteilles jusqu’à leur vente; soit 5 ans dans le cas du 203 en question.
Et j’arrive à faire tout cela avec seulement 9 € TTC par bouteille tandis que ce restaurateur pour juste le revendre avec du service a « besoin » de 18 €

J’ai déjà donné mon avis, j’espère que vous serez nombreux à réagir sur ce sujet pour me donner le vôtre quel qu’il soit.