#MACIF, souhaite moi de bonnes PAS vacances

A cause de toi #MACIF et de mon environnement de travail que tu refuses d’adapter, je ne peux pas prendre de vacances.

Déjà qu’avant je n’en prenais pas beaucoup, mais la seule semaine que je m’accordais régulièrement doit maintenant être consacrée à rattraper le temps que je perds en raison de mes conditions de travail pénibles et dangereuses.

Je me demande d’ailleurs si ton comportement manifestement délibéré de ne pas me mettre dans des conditions de travail décentes ou de ralentir au maximum la procédure ne pourrait pas tomber sous le coup de la loi :
Article 223-1 du Code pénal qui incrimine le délit de risques causés à autrui dans les termes suivants :
« le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende. »

Mais tu veux peut-être être raccord avec ta cliente qui m’a mutilé et causé une infirmité permanente en faisant comme elle et en violant délibérément une obligation de prudence et de sécurité comme a statué le tribunal à son encontre …

Et toi #MACIF, qu’en penses-tu ?
Crois-tu que je devrais demander à un tribunal de lever mes doutes à ce sujet ?
Explique-moi, je suis qu’un pauvre idiot de cul-terreux et devant ton mutisme, ton immobilisme je ne comprends pas pourquoi sembler tout faire me laisser dans une telle situation le plus longtemps possible.
Aie au moins la politesse, la courtoisie, l’élégance de me prêter un minimum de considération en m’éclairant sur tes motivations.

Laisser un commentaire