Médoc : les vignerons sont-ils des cons !?

oui le titre est choc, mais n’est-ce pas le but ?
Bien loin  de moi de faire une généralité, la preuve j’ai utilisé la forme interrogative, mais preuve en est que le mot solidarité ne fait pas partie du vocabulaire du plus grand nombre !

A Lille j’ai eu le temps de discuter un peu avec un voisin qui exposait aussi, et qui lui aussi, a été très gravement touché par la grêle.

Contrairement à moi, ancien francilien, lui est originaire du Médoc et est allé à l’école avec de très nombreux autres vignerons théoriquement des amis aujourd’hui ….
Suite à la grêle, certains de ces « amis d’enfance » se sont montrés presque plus affectés que lui par son malheur, mais se sont empressés de lui dire que malheureusement, eux non plus, même si il n’avaient pas été touchés par la grêle ne feraient pas le quota. L’interprétation est simple : « je compatis, je te plains mais tu n’aura rien !!!  »

Pourtant il y a des gens de bonne volonté et qui ont de la solidarité, je citerai là un nom : le Château Pontoise Cabarrus qui a fait une proposition  : que les vignerons non grêlés donnent 1 à 2 hectolitres par hectare aux vignerons dont la récolte était perdue.
Cette idée a apparemment été rejetée en bloc par la profession. Il semblerai effectivement que la récolte 2014 n’ai pas permis d’atteindre le maximum des quotas autorisés. Conclusion pas de solidarité.
Or avouez franchement que si les vignes n’ont produit que 50 Hl/Ha (contre 55 autorisés) et que vous en donnez 1 ou 2 au voisin, cela ne va pas mettre votre entreprise en péril. Mais non nous sommes bien à l’ère de l’individualisme et du « tout pour ma gueule » autrement appelé dans le temps le « après moi le déluge » …..

Cependant si quelques voisin
avaient donné 1 ou 2 Hl/Ha de vin ,
bien qu’ils eut été loin de faire le plein,
c’eut été mieux que rien !

Autre démonstration flagrante de la bêtise humaine :

Toujours discutant avec cette même voisine, elle me dit que les vignerons du village pourraient se grouper pour acheter en commun un système de protection anti-grêle, protégeant ainsi les vignerons du village.

Elle a eu une réponse originale : « ça couvrira aussi des vignes des communes voisine alors qu’il ne paieront pas »
Là je pense qu’on atteint des sommets de stupidité et bêtise crasse. Pour la raison que quelques hectare de vignes des autre communes seraient protégées sans participation à l’investissement on refuse de se protéger soi-même….

Tout cela me semble tellement ahurissant que j’ai du mal à croire que nous sommes sortis des caverne pour devenir cet être si évolué qu’il ne souhaite que le pire à son voisin.

Est-ce une vue de mon esprit ou y-a-t-il eu un bug dans le développement cérébral de certains ?

Pour avoir discuté avec d’autres vignerons d’autres région durant le salon, ils m’ont presque tous dit que lorsque ce genre de catastrophe naturelles comme la grêle touchait des voisin il y avait beaucoup de solidarité.
Est-ce une particularité du Médoc de ne pas se soutenir entre vignerons ? Est-ce propre aux appellation réputées ? Ne voit-on ça que dans le bordelais ?

Aidez moi à comprendre comment on en arrive à être aussi con !!!!

Laisser un commentaire