Traitements suite et fin !

Voilà la campagne de traitements qui se termine, le temps de dresser un petit bilan de cette campagne assez particulière.

La météo a été avec nous dans l’ensemble puisque nous avons eu un été particulièrement sec. D’habitude cela nous permet de repousser un peu certains traitements pour au bout de la campagne en avoir évité un à deux.
Cette année j’ai fait un essai en bio sur 2,5 hectares, et raisonné au maximum sur tout le reste de l’exploitation. J’ai donc eu le mêmes cadences sur les deux parties : la partie bio et la partie raisonnée.
Et à ce jour je n’ai fait que 5 traitements sur toute la saison, ce qui est un record !!! Surtout si l’on ajoute à cela que les deux premiers ont été fait à demie dose, et que les trois autres ont été fait à 60% de dose !
En théorie, sur la partie bio, il faut traiter de nouveau dès que le vigne a poussé significativement ou dès qu’il a plut 20mm, quant à la partie raisonnée, les produits sont efficaces quelle que soit la pousse de la vigne et les pluies durant 14 jours. En fonction des conditions météo, on peut repousser le traitement juste avant la prochaine pluie.

En résumé en lutte systématique certains voisins ont traité tous les 14 jours depuis le début de campagne soit 10 à 12 traitements contre le mildiou et l’oïdium, plus deux à quatre traitements anti-botrytis plus deux traitements contre les vers de la grappe soit un total de 18 traitements dans la saison.
Pour ma part je vous disais avoir fait 5 traitements contre le mildiou et l’oïdium, et c’est tout ! La vigueur de mes vignes étant très maitrisée, la charge très modérée, plus l’effeuillage, je ne fais aucun traitement anti-botrytis depuis de nombreuses années. Pour ce qui est des vers de la grappe, mon piège me permet de faire des comptages et ainsi, comme cette année, lorsque la pression est faible, je ne fais pas de traitement.

Voilà donc une année très exceptionnelle, qui avec un suivi très attentif m’a permis de réduire d’une façon jamais vue le nombre de traitements, et aussi les doses utilisées. Une expérimentation grandeur nature très risquée, mais très enrichissante, qui va me permettre de raisonner sur de nouvelles bases les années suivantes afin de réduire encore plus l’usage de produits phytosanitaires.

Rendez vous au printemps prochain pour suivre la saison 2 de votre désormais série favorite : Traitements à Hourbanon 😉

Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire