Tordons le cou à la légende

Il existe une légende sur les vendanges qui seraient une fête. Je suis au regret de devoir tordre le cou à cette dernière. En réalité, à l’approche des vendanges et durant celles ci, , et selon les condition climatiques, nous pouvons voir notre récolte diluée et perdre plus de 50 % du raisin. En effet si la pluie, l’humidité et la chaleur unissent leur forces, le raisins va d’abord se diluer, puis gonfler, éclater et finalement pourrir. Ce processus peut être très rapide et il est ainsi possible de perdre jusqu’à 30% de la récolte en seulement 24 heures, je vous laisse donc imaginer l’état de tension du vigneron !.

D’autre part, la charge de travail durant les vendanges est énorme, il faut réceptionner la vendanges au chai, mais aussi vinifier la récolte encuvée les jours précédents, et plus ca va plus il y en a ! Le matériel est lui aussi soumis à rude épreuve et c’est quotidiennement que nous devons faire face à des pannes plus ou moins graves. Tout ceci n’est pas non plus pour détendre le vigneron.

Mais rassurez vous une fois toute la récolte sauvée, et même si il reste encore à vinifier tout ce magnifique raisin, c’est à ce moment que le vignerons est heureux. Et nous ne gâchons bien entendu pas le plaisir de vendangeurs, qui très souvent ne se doutent pas de ce niveau de stress, ni de la charge de travail. Ce fut donc mardi soir, dernier jour des vendanges que j’ai offert le dîner traditionnel aux vendangeurs, durant lequel nous avons bien mangé, bien rit et arrosé le tout d’un peu de Hourbanon !

Ce contenu a été publié dans Divers, Vigne, Vin, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire